fond
titre

Le phénomène est très développé en Amérique du Nord et au Royaume–Uni depuis une trentaine d’années, autour du concept de « living history ».

Il s’agit de faire revivre les lieux historiques, restaurés et reconstitués à l’identique (ouvrages militaires, champs de bataille ou même agglomérations entières, telle la ville de Louisbourg au Canada) avec des foules de figurants bénévoles reconstituant soigneusement les costumes, objets et gestes d’autrefois.

Solidement encadrés par des professionnels qui gèrent les sites et les spectacles (avec des systèmes très sophistiqués d’abonnements ou de formules type tour-opérateur), ces associations drainent des foules importantes de spectateurs.

Enthousiasmés par les réalisations anglo-saxonnes (en particulier les commémorations de la guerre d’indépendance américaine et de la guerre civile anglaise), des particuliers ont, à leur tour depuis une dizaine d’années, créé en Europe des associations de reconstitution.


Il en existe actuellement une centaine dans le cadre de l’Union Européenne.

Quelques unes ont choisi comme thème l’Antiquité (animation des camps romains de Rhénanie), le Moyen Age (surtout en Suisse) ou le XVIIIème siècle, d’autres ont choisi les grands conflits ayant secoués l’Europe, une très grande majorité a opté pour la période Révolution française/1er Empire.

Ces associations sont d’effectif variable, d’une dizaine à plus d’une centaine de membres.

Les Associations de reconstitutions historiques